•  463 millions de personnes atteintes de diabète dans le monde en 2045, le chiffre atteindrait les 700 millions !

  • 3,3  millions de personnes atteintes de diabète en France

  • 1 personne diabétique sur 2 n’est pas diagnostiquée

Temps de lecture : 3 minutes

Rappels sur le diabète
Les 6 mythes sur le diapbète de type 2

1/ QUELQUES RAPPELS  

Pour que les cellules de l’organisme puissent utiliser et transformer le sucre qui circule dans le sang en énergie, il faut produire une quantité suffisante d’insuline (hormone fabriquée par le pancréas qui capte le sucre circulant dans le sang).

La personne atteinte de diabète produit de l’insuline de façon insuffisante ou inefficace, ce qui va provoquer une accumulation dans le sang et une augmentation glycémique : l’hyperglycémie.

Il existe 2 types de diabète : diabète de type 1, diabète de type 2.

DIABÈTE DE TYPE  1 :

Le pancréas ne produit pas d’insuline, ou très peu. Les cellules ne peuvent dont plus utiliser correctement le sucre qui circule dans le sang. Le diabète de type 1 se développe le plus souvent chez les enfants et les adolescents.

DIABÈTE DE TYPE 2 :

Le développement du diabète de type 2 se fait sur plusieurs années, en 3 étapes :

  • L’insulinorésistance: Les cellules de l’organisme deviennent résistantes à l’insuline le glucose s’accumule dans le sang et c’est une hyperglycémie qui s’installe progressivement
  • L’hyperinsulinisme: Le pancréas augmente la production d’insuline pour s’adapter
  • L’insulinodéficience : Le pancréas s’épuise et ne peut plus réguler le taux de sucre dans le sang

92% des diabétiques ont un diabète de type 2, il survient généralement après l’âge de 20 ans, mais peut parfois apparaitre dès l’adolescence.

Quelques rappels sur le diabète

2/ 6 MYTHES SUR DIABÈTE TYPE 2

1) Les diabétiques doivent suivre un régime qui exclut tous les aliments sucrés

Diabète rimait il n’y a pas si longtemps avec un régime d’exclusion, or aujourd’hui on ne parle plus de régime mais d’une alimentation équilibrée, dans laquelle chacun des groupes alimentaires a son importance. Un repas équilibré (et cela est également valable pour les personnes non diabétiques) est composé de crudité (fruit ou légume), un accompagnement à base de légumes cuits, une portion de protéines (viande, poisson, œufs, légumineuses pour les végétariens…), une portion de féculent et/ou pain, une portion de matière grasse de bonne qualité, un produit laitier au besoin. De temps en temps un plaisir sucré au cours du repas (pour limiter le pic glycémique).

2) Le pain complet peut être consommé en grande quantité contrairement au pain

Le pain complet contient plus de fibres que le pain blanc cependant il contient surtout des fibres insolubles ce qui ne ralentit pas ou très peu l’absorption des glucides, son indice glycémique reste donc élevé. Le pain blanc à lui-même un indice glycémique élevé. Cependant, au niveau nutritionnel le pain complet reste plus intéressant que le pain blanc de par les vitamines et minéraux qu’il contient ainsi que sa quantité de fibres.

L’indice glycémique du pain complet variera également selon son accompagnement, du pain consommé seul aura un impact sur la glycémie plus important que s’il est consommé au cours d’un repas composé d’autres aliments contenant des fibres (légumes…) et matières grasses (graines, oléagineux, beurre, huiles…).

L’avoine et le seigle contiennent par contre des fibres solubles qui permettent de diminuer l’indice glycémique ainsi un pain à la farine de seigle à un indice glycémique moyen et donc moindre par rapport au pain complet ou au pain blanc.

3) Il faut réduire le sport quand on est diabétique pour éviter les hypoglycémies

L’activité physique est indispensable pour toutes personnes diabétiques et joue un rôle essentiel. Des études démontrent en effet ses nombreux bienfaits, notamment l’amélioration de l’équilibre glycémique.

La prise d’un sucre pourra palier à une hypoglycémie, il est donc important d’avoir toujours un sucre sur soi.

4) Lorsqu’on est déjà diabétique, l’activité physique n’a plus d’importance

Lorsqu’on est prédiabétique,l’activité physique fait baisser d’environ 50% les risques de devenir diabétique à moyen terme (3 ans) et permet de retarder l’apparition de la maladie.
La pratique d’au moins 150 minutes d’activité physique par semaine chez un diabétique, ainsi qu’une alimentation équilibrée diminue les risques de complications associées au diabète.

5) L’activité physique recommandée pour les diabétiques correspond à la pratique d’un sport

L’activité physique n’est pas que la pratique d’un sport. Elle peut également avoir lieu au travers de la vie professionnelle avec des métiers physique (maçon, boulangers, paysagiste…), lors des déplacements (marche ou vélo par exemple) et également dans la vie domestique (ménage, jardinage, bricolage…).

6) Le développement d’un diabète de type 2 n’est dû qu’à une alimentation déséquilibrée

De nombreux facteurs de risque environnementaux favorisent l’apparition et le développement du diabète. On peut citer le tabac, l’alcool, le cholestérol, le surpoids, la sédentarité et peut être même la pollution. C’est pourquoi il est important de prendre conscience de l’impact que peut avoir son environnement et ses habitudes de vie afin de réduire au maximum les risques.

Analysez votre environnement et votre alimentation où que vous soyez !

Avec l’application Meersens devenez acteur de votre santé : plongez au coeur de l’action en aidant la communauté et améliorez votre santé grâce à la connaissance de votre environnement et l’accès à des conseils personnalisés.

Rendez visible l’invisible pour une vie plus saine.

Lectures complémentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’application Meersens

Le gardien de votre santé, pour une vie plus saine !

Suivez-nous

S’informer

Recevez chaque début de mois notre dossier spécial avec nos conseils et articles pour une vie plus saine !