Les gammes de produits pour bébés se sont largement étoffées, couches, lingettes, cosmétiques pour bébé, jouets et habits toujours plus recherchés sans oublier une gamme alimentaire très fournie avec des plats dignes de grands chefs pour faire gagner du temps aux parents. Pourtant tous ces produits ne se valent pas et certains présentent même un risque pour la santé des petits. C’est pourquoi ces dernières années beaucoup de jeunes parents décident de revenir à des pratiques plus anciennes (couches lavables, plats maisons, jouet en bois, liniment fait maison…). Faut-il vraiment revenir aux produits de nos grand-mères ou au tout fait-maison pour garantir une bonne santé aux enfants ?

Temps de lecture : 8 minutes

 

Les cosmétiques pour bébé / bambins une fausse bonne idée ? 
Préférer les repas maison pour les bambins ?
Vêtements bébés, couches et perturbateurs endocriniens : que devons-nous en penser ?
Des chambres de bébé pleines de perturbateurs endocriniens ? 
En quoi Meersens peut vous aider ?

Les cosmétiques pour bébé/bambins une fausse bonne idée ?

« Cosmétiques pour bébé » cela pourrait faire rire mais les laits de toilettes, les gels lavants, les shampooings, les eaux parfumées, les lingettes nettoyantes, les crèmes hydratantes sont autant de substances « cosmétiques » qui entrent en contact avec votre bambin. Or toutes ces substances ont des compositions très souvent décevantes : cocktails de substances chimiques, irritants, allergisants ou encore perturbateurs endocriniens qui peuvent être mauvais pour la santé des bébés. Alors comment faire pour utiliser des produits sans perturbateurs sendocrinien pour bébé ? Les produits présentant une forte odeur sont déjà indicateurs de la présence de substances chimiques ou allergisantes pour bébé.

Que faut-il acheter ? Votre bébé n’a besoin que de quelques indispensables :

Un savon à froid (sans huiles essentielles) ou gel lavant sans savon (plus adapté pour les peaux atopiques)

Un liniment : nettoyant pour les fesses de bébé composé uniquement d’huile d’olive et d’eau de chaux qui évite les érythèmes fessiers lors du port de couches.

Une crème hydratante sans parfum et surtout sans phénoxyéthanol (perturbateur endocrinien)

Les lingettes bébé dont la composition contient des irritants, substances toxiques et parfois même des perturbateurs endocriniens sont à éviter au quotidien pour le bien-être et la santé des bébés. Elles peuvent être remplacées par un gant de toilette et de l’eau chaude avec un savon doux. 

Point santé Meersens :

Les perturbateurs endocriniens peuvent modifier le fonctionnement du système hormonal et cela même lors d’expositions à des quantités très faibles. Ils peuvent être à l’origine de malformations, d’une diminution de la fertilité, de puberté précoce de cancers hormonaux dépendants… D’autres composés chimiques non considérés comme perturbateurs endocriniens peuvent être quant à eux tout aussi néfastes car carcinogènes, irritants, allergisants ou toxiques… Les nourrissons sont tout particulièrement sensibles à ce type de substances chimiques car le système est encore immature et leur peau plus fine et perméable que celle d’un adulte.

Préférer les repas maison pour la santé des bébés ?

L’allaitement est ce qu’il y a de plus recommandé quand le choix est possible et le fait-maison reste ce qu’il y a de meilleur pour la santé concernant l’alimentation des adultes et des enfants ; mais la question est quelque peu plus compliquée quand il s’agit de la diversification alimentaire. Les nourrissons ont :

  • Des besoins spécifiques différents des adultes et évoluant au fil des mois
  • Besoin d’une alimentation exempte de pesticides et produits chimiques

Le fait-maison pour les nourrissons est parfait à condition que ces 2 points soient strictement respectés. Préparer les plats de bébé nécessite de se baser sur les recommandations officielles en fonction de l’âge de celui-ci pour lui fournir les bonnes quantités de protéines, laitages, matières grasses et des plats sans sel, miel, mayonnaise, fromage cru ou tout autres produits à risque.

De plus, préparer des plats maisons pour bébé nécessite d’utiliser des légumes exempts de pesticides (bio ou label bébé ou zéro résidu de pesticides) car les limites de résidus acceptés pour les produits bébés sont plus basses que celles des adultes et enfants. Ainsi les pots ou autres aliments infantiles industriels sont soumis à des contrôles plus exigeants que les aliments « courants ».

Ainsi si les 2 critères précédents sont respectés il est mieux de favoriser le fait-maison sinon la nourriture industrielle spécialement conçue pour les bébés restent une bonne alternative.

Bien choisir les plats industriels pour bébé : 

Il faut éviter :

Les plats/pots salés introduisant des additifs, les arômes : vanille, cannelle, chocolat, cacahuète… et des mélanges avec des saveurs sucrées (fruits) qui orientent les préférences gustatives des bébés vers des produits sucrés et masquent le goût des légumes et autres saveurs.

Les gâteaux/biscuits pour bébé car ils contiennent de l’acrylamide qui est un agent classé probablement cancérogène pour l’homme et n’a pas d’intérêt nutritionnel. 

Les aliments à base de riz (céréales de riz, galettes…) sont à éviter ou à varier avec d’autres féculents car le riz est une céréale qui présente une teneur élevée en arsenic.

Les jus de fruits et boissons sucrées

Les contenants de type gourde pour les purées et compotes (risque de suralimentation et les nourrissons n’apprennent pas à manger)

Il faut privilégier :

  • Les aliments contenant peu d’ingrédients et évitant les mélanges sucré-salé
  • Des féculents variés, éviter de n’utiliser ou de proposer que des céréales de riz
  • Des contenant où la nourriture est visible et en verre s’ils doivent être chauffés
  • Les biberons en verre car même si les biberons sont sans bisphénol A, les bisphénols de substitutions réduisent la production de testostérones et auraient des effets obésogènes.

Vêtements bébé, couches et perturbateurs endocriniens : que devons-nous en penser ?

Les couches ont fait grand débat. En effet, il a été détecté dans de nombreuses marques de l’AMPA (provenant potentiellement du glyphosate) ainsi que d’autres substances chimiques et perturbateurs endocriniens qui peuvent migrer dans l’urine et se retrouver en contact avec la peau de bébé. Après le rapport de l’anses sorti en 2019 dénonçant la présence de plusieurs substances chimiques dans les couches, les fabricants de couches s’engagent à éliminer les substances allergisantes et à analyser les circuits d’approvisionnement et de fabrication pour éliminer les sources de contamination. Certaines marques de couches sans perturbateurs endocriniens sont meilleures élèves d’après les analyses de 60 millions de consommateurs ou de Quechoisir (mais ce classement n’est pas fixe dans le temps car un changement de fournisseurs peut remettre en question la composition des couches).

Les couches réutilisables une bonne alternative ?

Cela va dépendre de la couche, il faut favoriser les couches à poche ou tout-en-un qui permettent de séparer l’absorbant des fesses du bébé pour éviter les irritations. Pour une meilleure absorption le bambou, le chanvre ou les microfibres sont les meilleures alternatives.

Il n’existe pas d’études à l’heure actuelle qui attestent que les couches réutilisables sont meilleures pour la santé des bébés. Cela va surtout dépendre des nourrissons, en effet certaines couches jetables peuvent provoquer des réactions dues à certains composés chimiques permettant la transformation de l’urine en gel mais les couches jetables sont moins respirantes et moins absorbantes ce qui peut occasionner des irritations.

Il faut aussi savoir que le textile de manière générale et donc les vêtements bébés ne sont pas exempts de substances chimiques et potentiellement de perturbateurs endocriniens. On retrouve sur les vêtements des retardateurs de flammes, des antimicrobiens [nanoargent, triclosan, triclocarban], du formaldéhyde, du bisphénol A, des composés pour favoriser une résistance à l’eau (substances perfluorés), des phtalates dans les imprimés. Toutes ces substances sont nocives pour la santé des bébés et certaines sont des perturbateurs endocriniens.

Il existe des alternatives pour éviter ce genre de composés : les labels suivant : 

Confiance textile : garantit l’absence (ou une teneur très faible) de nombreux produits chimiques pour des textiles sans risques pour la santé humaine.

EU Ecolabel : Limitation de substances dangereuses pour l’environnement et pour la santé

NaturTextil : atteste qu’au moins 95 % du textile certifié contient des fibres issues de l’agriculture biologique ou d’exploitation en conversion.

Der Blaue Engel : label allemand pour produits écologiques avec absence de substances toxiques et dangereuses.

Global Organic Textile Standard : garantir la qualité biologique des textiles depuis la récolte des matières premières, en passant par la fabrication responsable d’un point de vue social et environnemental, jusqu’à l’étiquetage pour offrir une garantie fiable au consommateur.

Des chambres de bébé pleines de perturbateurs endocriniens ? 

On a tendance à l’oublier mais la chambre d’un nourrisson peut ne pas être aussi saine qu’elle n’y paraît or c’est un lieu où bébé va passer beaucoup de temps.

Les meubles neufs, la peinture sont des émetteurs de COVs (composés organiques volatiles), il est donc important de préparer la chambre de bébé au mois 3 mois à l’avance pour que la chambre puisse être aérée et ainsi faire diminuer la concentration de COVs.

Il ne faut pas oublier que retardateur de flamme, allergènes, phtalates, bisphénol A, formaldéhyde et métaux lourds sont de la partie quand vous achetez jouets et peluches.

Pour éviter ces perturbateurs endocriniens et ces substances chimiques :

  • Préférez les jouets en bois brut ou traités avec des peintures à base d’eau et sans vernis
  • Préférez les peluches certifiées bio
  • Laissez aérer les jouets s’ils ne sont pas certifiés bio et lavez les peluches avant utilisation
  • Préférez un matelas bio en latex naturel ou fibre de coco ou coton bio

Concernant les babyphones, ils émettent des ondes qui d’après les connaissances actuelles ne présenteraient pas de risques avérés pour la santé mais pour prévenir tout problème il est mieux de placer le babyphone à au moins 1 m de la tête de bébé et d’en choisir un qui n’émet pas en continue mais seulement lors d’un son pour protéger la santé des bébés. 

En quoi Meersens peut vous aider ?

Lectures complémentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’application Meersens

Le gardien de votre santé, pour une vie plus saine !

Suivez-nous

S’informer

Recevez chaque début de mois notre dossier spécial avec nos conseils et articles pour une vie plus saine !