Le stress hydrique : une situation renforcée par le réchauffement climatique

Le stress hydrique est l’une des menaces les plus graves qui pèse actuellement sur le développement durable. En raison de pluies inégales, d’un climat plus chaud et d’une quantité de CO2 dans l’atmosphère plus élevée, plus de 2 milliards de personnes n’ont pas un accès adéquat à l’un des éléments essentiels de la vie : l’eau potable. Et ce chiffre devrait augmenter de 35% d’ici 2025.

 

Temps de lecture : 6 minutes

Sommaire

Qu’est-ce-que le stress hydrique ?
Quelles sont les causes du stress hydrique ? 
Quels sont les pays les plus touchés par le strss hydrique ?
Le stress hydrique a-t-il un impact sur l’environnement et la santé ?
Comment atténuer le stress hydrique ?

Définition du stress hydrique

Aussi appelé « pénurie d’eau » ou encore « rareté de l’eau » dans certains cas extrêmes, le stress hydrique se produit lorsque la demande d’eau, salubre et utilisable, est supérieure aux ressources en eau disponibles nécessaires aux besoins humains et environnementaux, dans une zone géographique déterminée ou lorsque sa qualité en limite l’usage.  

Du côté de la demande, la grande majorité (environ 70 %)  de l’eau douce mondiale est utilisée pour l’agriculture, tandis que le reste est réparti entre les usages industriels (19 %) et domestiques (11 %). Du côté de l’offre, les sources d’eau comprennent les eaux de surface (rivières, lacs, réservoirs) ainsi que les eaux souterraines, accessibles via les aquifères. 

Les causes du stress hydrique

💧 La pression sur l’eau

Dans plusieurs régions du monde, la pression sur l’eau est de plus en plus forte, en raison des prélèvements faits par l’Homme dans les eaux superficielles ou des nappes souterraines, qui augmentent, mais également en raison du réchauffement climatique qui perturbe le cycle de l’eau et rend l’eau potable plus difficilement accessible.

👨‍👩‍👧‍👦. L’augmentation de la population mondiale

La démographie ne cesse d’augmenter de façon exponentielle et cela a un impact sur les réserves de la planète.

En effet, en raison de la croissance démographique, du développement économique, de l’amélioration du niveau de vie, de l’évolution des tendances de consommation ainsi que de l’expansion de l’agriculture intensive (irrigation des cultures), l’utilisation mondiale de l’eau au cours des 100 dernières années a été multipliée par six et continue d’augmenter rapidement de près d’environ 1% par an (AQUASTAT).

🌏 Le dérèglement climatique

Les catastrophes naturelles ou les inondations peuvent interrompre la fourniture d’eau et ainsi engendrer des risques d’épidémies (contamination des réserves d’eau et déclenchement des épidémies de dysenterie ou d’autres maladies hydriques).

L’augmentation des températures accentuent l’assèchement des sols en raison d’une augmentation de l’évaporation.

🌳 La déforestation

Les arbres sont au centre du processus de pluviosité d’une région ainsi que de la production d’oxygène dans l’air. Leurs racines retiennent l’eau dans les sols et leurs feuilles, en transpirant, produisent et maintiennent une certaine humidité dans l’air.

A cause de la déforestation, le cycle de l’eau est partiellement perturbé, provoquant l’assèchement de certaines régions jusqu’à leur désertification.

Des pays plus touchés que d’autres par le stress hydrique

Dans plusieurs régions du monde, la demande en eau se fait de plus en plus forte, notamment dans les zones arides.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) déclare une situation de stress hydrique lorsque la disponibilité en eau, par an et par habitant, est inférieure à 1 700 m³. Sous le seuil des 1 000m³, on parle alors de pénurie d’eau. 

Bon à savoir : En France, nous avons entre 2500 et 6000 mètres cubes d’eau disponibles par jour. Toutefois, la France, comme d’autres pays européens, n’est pas toujours épargnée par le stress hydrique. Pour preuve, les dernières canicules en France et ailleurs en Europe ont provoqué des situations stress hydrique.

Bon à savoir : En France, nous avons entre 2500 et 6000 mètres cubes d’eau disponibles par jour. Toutefois, la France, comme d’autres pays européens, n’est pas toujours épargnée par le stress hydrique. Pour preuve, les dernières canicules en France et ailleurs en Europe ont provoqué des situations stress hydrique.

Le stress hydrique est particulièrement présent dans les pays :

👉 du Proche et Moyen Orient ;

👉 d’Afrique ;

👉 d’Asie comme l’Inde ou le Pakistan ;

👉 appartenant aux grandes plaines du Nord de la Chine.

Bon à savoir : A noter que le risque de stress hydrique ne concerne pas que les pays chauds mais peut aussi concerner les pays froids où le gel peut bloquer l’accès à l’eau liquide.

Bon à savoir : A noter que le risque de stress hydrique ne concerne pas que les pays chauds mais peut aussi concerner les pays froids où le gel peut bloquer l’accès à l’eau liquide.

Le stress hydrique touchera 52 % de la population mondiale d’ici 2050. Selon des chercheurs du MIT, quelque 52 % des 9,7 milliards d’habitants de la planète vivront dans des régions en situation de stress hydrique d’ici 2050.

Un impact sur la santé et l’environnement

Des impacts sur la végétation

Le stress hydrique a dans un premier temps un impact sur la végétation. Lorsqu’un manque d’eau se fait ressentir, les plantes mettent en œuvre des mécanismes de défense via notamment la fermeture des stomates (petites ouvertures situées sous les feuilles) qui évite la transpiration et donc la perte d’eau.

Mais cette fermeture réduit aussi la photosynthèse, pouvant impacter leur développement et leur croissance (comme la plupart des céréales ou légumes) et donc entrainer de grosses pertes agricoles.

Le stress hydrique augmente également le risque de feux de forêt.

Des impacts sur les ressources en eau douce

En période de manque d’eau, les rivières s’assèchent et les eaux souterraines risquent la surexploitation avec une dégradation sur la qualité de l’eau liée à :

👉 la pollution (par des matière organique) ;

👉 à l’eutrophisation (apparition d’espèces végétales et animales invasives venant perturber l’écosystème aquatique, notamment par la présence d’algues) ;

👉 à l’intrusions salines.

Des impacts sur la santé publique

La rareté de l’eau menace la santé et le développement des communautés du monde entier. Plus de deux milliards de personnes dans le monde n’ont pas accès à l’eau potable ; et près du double de ce nombre, plus de la moitié de la population mondiale, n’ont pas accès à des services d’assainissement adéquats. Ces privations peuvent favoriser la transmission de maladies telles que le choléra, la typhoïde, la poliomyélite, l’hépatite A et la diarrhée.

De plus, comme la rareté de l’eau rend l’agriculture beaucoup plus difficile, elle menace l’accès des communautés à la nourriture, qui peut confronter à la faim aiguë et à la faim chronique, exposés les enfants aux maladies liées à la malnutrition, telles que le retard de croissance et l’émaciation, et aux maladies chroniques dues à une mauvaise alimentation, telles que le diabète.

Des solutions pour atténuer le stress hydrique

Une étude a conclu que le monde pourrait être confronté à un déficit en eau de 40 % d’ici à 2030 si rien n’est fait pour inverser la situation actuelle (2030 WRG, 2009).  Pour lutter contre la limitation des ressources en eau, et ainsi du stress hydrique, quelques solutions :

Le dessalement des eaux de mer

Il faut savoir que 97 % de l’eau présente sur la planète est salée. Le dessalement de l’eau de mer et des océans est un moyen efficace de lutter contre le stress hydrique dans des régions littorales arides pour produire de l’eau douce sans surexploiter les nappes souterraines.

Selon l’International Water Association, l’eau douce produite grâce au dessalement d’eau de mer répond actuellement à environ 1 % des besoins mondiaux.

Ce dessalement peut se faire de deux manières :

  • Par osmose inversée,
  • Par une technologie thermique entraînant une évaporation de l’eau.

Le traitement des eaux salées

Tout comme l’eau de mer, les eaux usées existent en abondance. La réutilisation des eaux usées est un levier essentiel pour limiter le stress hydrique.

Réutiliser les eaux usées est moins couteux et moins énergivore que le dessalement des eaux de mers et d’océans ou de transporter de l’eau potable sur une longue distance.

A noter que la réutilisation des eaux usées est strictement encadrée par le législateur, au niveau mondial (OMS), européen (Union Européen) et national.

Les eaux usées recyclées permettent ensuite une multitude d’usages tels que l’arrosage des espaces verts, le nettoyage des espaces publics, l’irrigation agricole, l’alimentation des systèmes de climatisation et de refroidissement etc.

Les bons gestes à privilégier

L’eau est un bien précieux qu’il est nécessaire de préserver et chacun peut agir au quotidien pour limiter sa consommation d’eau (et d’energie!)  grâce à quelques gestes simples : 

  • Pour les usages domestiques 🏡

👉 Faire fonctionner les appareils de lavage à plein ;

👉 Privilégier l’eau du robinet plutôt que l’eau en bouteille ;

👉 Privilégiez les douches de 5 minutes plutôt qu’un bain ;

👉 Installer des équipements sanitaires économes en eau ;

👉 Récupérer et réutiliser l’eau.

 

  • Pour l’agriculture 🌾

👉 Changement des pratiques d’irrigation

👉 Choix de cultures moins consommatrices d’eau

 

  • Pour l’industrie 🏭

👉 Amélioration des modes opératoires, plus économes en eau

 

  • Pour les collectivités / les villes 🏙️

👉 Entretien des réseaux et réparation des fuites

👉 Collectes des eaux pluviales pour l’arrosages des espaces verts

👉 Sensibilisation des citoyens

 

En cas de sécheresse et pour faire face à une insuffisance de la ressource en eau en période d’étiage, les préfets peuvent prendre des mesures exceptionnelles de limitation ou de suspension des usages de l’eau en application de l’article L.211-3 II-1° du code de l’environnement comme par exemple : l’interdiction de remplir la piscine ou de laver sa voiture, l’interdiction d’irriguer pour l’agriculture ou encore l’obligation de recyclage de certaines eaux de nettoyage pour l’industrie.

Il y a eu une certaine mobilisation internationale autour de la sécurité de l’eau. Assurer la disponibilité et la gestion durable de l’eau et de l’assainissement pour tous est l’un des objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies. Meersens collabore avec les territoires et les principaux acteurs du secteur de l’eau pour améliorer la qualité des services et sensibiliser la population à la qualité de l’eau en :

  • Affichant la qualité de l’eau potable
  • En engageant les populations en cas de situation de stress hydrique
  • Vehiculant en temps réel les informations sur l’état du stress hydrique et en proposant des bonnes pratiques et des recommandations.

Meersens, analyse la qualité de votre environnement

Meersens est une entreprise à impact positif dans le domaine de la santé environnementale, mobilisée pour créer un avenir durable, permettant d’atténuer les risques environnementaux et de contribuer positivement à la santé et au bien-être des parties prenantes – en offrant une surveillance et une prévention environnementales personnalisées.

Meersens offre une vision et une surveillance multi-polluants à 360°, en temps réel, historique et prédictive, pour n’importe quel lieu, avec une grande précision, vous permettant d’atténuer les risques et de prendre de meilleures décisions.

Que vous soyez une entreprise souhaitant agir pour ses salariés, une ville pour ses citoyens, Meersens peut vous accompagner !

Lectures complémentaires

0 commentaires

Trackbacks/Pingbacks

  1. Santé et réchauffement climatique : rapport du GIEC 2022 - […] En parallèle, il faut s’adapter pour maintenir un bon niveau de santé et bien-être des populations dans le contexte…

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *