La pollution de l’air intérieur est souvent sous-estimée. En effet, l’air intérieur serait en moyenne 5 à 7 fois plus pollué que celui de l’extérieur selon une étude de l’OQAI. Et principalement sur notre lieu de travail où nous passons en moyenne 99 117 heures tout au long de notre vie (soit 14,5 années), ce qui peut toucher la productivité, la santé et le bien-être des collaborateurs. Quels sont les polluants ? Quels sont les risques ? Comment les prévenir ?

Temps de lecture : 4 minutes

 

L’asthme : qu’est-ce que c’est ?
Quelles sont les sources de pollution de l’air intérieur ?
Quels sont les risques d’une mauvaise qualité de l’air au bureau ?
Les effets d’une bonne qualité de l’air au travail
Comment améliorer la qualité de l’air au travail ?

Pollution de l’air au travail

1/ L’ASTHME : QU’EST-CE QUE C’EST ?

L’asthme est une maladie respiratoire chronique due à une inflammation des bronches, liée à l’interaction entre des facteurs génétiques et environnementaux. Il se manifeste par une gêne respiratoire, une sensation d’oppression de la poitrine, des troubles du sommeil causés par la toux, une respiration sifflante ou bruyante… Ces symptômes peuvent être ponctuels, se manifester pendant un effort physique ou être permanents.

On estime qu’environ 900 000 personnes sont asthmatiques en France. L’asthme est la 1ère maladie chronique de l’enfant, touchant 10% à 14% d’entre eux.

L’asthme professionnel est causé par un ou plusieurs facteurs présents sur le lieu de travail. 

Quelques chiffres clés : 

2/ QUELLES SONT LES SOURCES DE POLLUTION DE L’AIR INTÉRIEUR ?

On passe en moyenne 90% de notre temps dans des environnements clos et pas moins de 7 à 10 heures par jour au bureau dans lesquels nous pouvons être exposés à de nombreux polluants. L’environnement intérieur joue un rôle essentiel dans notre bien-être général et est capable d’influencer positivement ou négativement notre santé !

Les symptômes de l’asthme peuvent s’aggraver lorsqu’une personne se trouve en intérieur, en présence de polluants tels que :

Les polluants chimiques

Les polluants chimiques peuvent être  des composés organiques volatils (COV), oxydes d’azote (NOx), monoxyde de carbone (CO), hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), phtalates, etc. 

Les composés d’organiques volatils (COV) sont des polluants fréquemment retrouvés au bureau via les sources d’émission suivantes :

  • Les matériaux de constructions,
  • Les ordinateurs, les imprimantes et photocopieurs
  • Le mobilier de bureau (sauf bois brut)
  • Les plastiques
  • Les revêtements de sols
  • Les peintures

Les polluants biologiques

Les polluants biologiques comprennent les moisissures, les allergènes provenant des pollens, des acariens ou encore des animaux domestiques.

Les polluants physiques

Les pollutions physiques comprennent les particules et fibres (amiante, fibres minérales artificielles) qui peuvent être émises par combustion (tabac, chauffages, parfums d’ambiance…)

3/ QUELS SONT LES RISQUES DE LA POLLUTION DE L’AIR AU TRAVAIL?

Une mauvaise qualité de l’air intérieur peut engendrer des problèmes de santé pour les salariés. Les effets peuvent variés selon la durée d’exposition, l’âge, le sexe, la sensibilité et la santé des personnes exposées. 

Elle peut entrainer l’émergence de symptômes tels que : des maux de tête, de la fatigue, une irritation des yeux, du nez, de la gorge ou de la peau, des vertiges, des manifestations allergiques ou encore de l’asthme. Mais suivant les polluants les risques sur la santé  du collaborateur sur le long terme peuvent être conséquents et être à l’origine de :  

 

Maladies cardiaques et pulmonaires Anxiété Hypertension Cancers

 

4/ LES EFFETS D’UNE BONNE QUALITÉ DE L’AIR AU TRAVAIL 

Les dirigeants se doivent de prendre en considération l’atmosphère dans laquelle travaillent leurs collaborateurs et ils y sont même tenus réglementairement par le Code du travail. Il faut savoir qu’une bonne qualité de l’air intérieur a des effets positifs en entreprise.

En plus d’être en conformité avec la politique de Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE), s’inquiéter de la qualité de l’air intérieur sur le lieu de travail, c’est également optimiser l’environnement de travail et agir de manière positive sur la Qualité de Vie au Travail (QVT). 


Une amélioration de la qualité de l’air intérieur s’accompagne d’une :

Baisse de 30% de l’absentéisme pour raison médicale

Hausse de 10% de la productivité et des performances

Augmentation du confort et du bien-être des salariés

Satisfaction et motivation des collaborateurs

Meilleure image de marque de l’entreprise

Acroissement des résultats

5/ COMMENT AMÉLIORER LA QUALITÉ D’AIR AU TRAVAIL ?

Pour éviter la pollution de l’air au travail, voici quelques solutions simples à mettre en place : 

  • Aérer le bureau régulièrement (si possible), 10 à 15 minutes, deux fois par jour. Aérer l’intérieur va permettre de chasser l’humidité et d’éviter la concentration de polluants. 
  • Faire attention aux ventilations et penser à bien les entretenir
  • Privilégier des produits d’entretien “sains” étiquetés A+ ((les produits émettant le moins de substances volatiles) 
  • Surveiller l’apparition de moisissures. Les spores et substances toxiques émises par les moisissures sont en effet à l’origine d’irritation des muqueuses des voies respiratoires et d’allergies. Les moisissures peuvent tout-à-fait entraîner de l’asthme, des rhinites et autres bronchites.
  • Choisir avec prudence le mobilier car il fait partie des sources d’émission de substances préoccupantes dans les environnements intérieurs.  Privilégier les meubles répondant aux labels suivants : NF Environnement Ameublement ou Ecolabel européen Mobilier en bois, de préférence ou meuble en bois massifs.
  • Bannir les revêtements textiles tels que moquettes, tapis en tissu, et ce notamment à proximité des points d’eau (risque de développement de moisissures).
  • Privilégier un nettoyage humide des sols et du mobilier pour éviter un réenvol des poussières.
  • Isoler si possible les photocopieurs, imprimantes, télécopieurs au sein des pièces de travail (car ils peuvent générer des substances dangereuses tels que l’ozone, formaldéhyde qui nécessitent une aération/ventilation plus accentuée)
  • Ne pas avoir recours à des bombes aérosols, des désodorisants, parfums d’ambiance, diffuseurs d’huiles essentielles y compris lorsque la pièce est inoccupée car ils contribuent plus à la pollution intérieure qu’à sa réduction. Avec la combustion, certains polluants sont dégagés (le benzène et le formaldéhyde) par exemple et sans une bonne aération, ils peuvent abîmer vos voies respiratoires.

Pollution de l’air au travail

EN QUOI MEERSENS PEUT VOUS AIDER ?

Pollution de l'air au travail

 Meersens est c’est une solution (IoT + AppsSaaS + IoT/App) unique de Santé Publique au monde, donnant non seulement les outils pour identifier, mesurer et maîtriser les risques environnementaux et sanitaires dans votre environnement immédiat mais aussi comment y remédier. 

Meersens agit comme une sentinelle, c’est le gardien de votre santé !

Lectures complémentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’application Meersens

Le gardien de votre santé, pour une vie plus saine !

Suivez-nous

S’informer

Recevez chaque début de mois notre dossier spécial avec nos conseils et articles pour une vie plus saine !