Maladies chroniques, qui paiera l’addition ? 

L’incidence des maladies chroniques est en constante hausse dans le monde ! Les coûts directs et indirects associés se comptent en milliers de milliards d’euros. Qui va pouvoir payer une telle addition ? Sans oublier que le développement des maladies chroniques n’a fait et ne fait qu’augmenter. Comment s’en sortir ? Où trouver les sommes permettant d’assurer des soins pour tous ?  On sait qu’il est possible de prévenir le développement des maladies chroniques en modifiant l’interaction de chacun avec son environnement, ne serait-ce pas là une solution ?

Temps de lecture : 15 minutes

Sommaire

Les maladies chroniques en quelques chiffres
Les coûts associés aux maladies chroniques
Qui paie ?
La prévention grâce à une prise en compte de l’exposome : la solution ?

Les maladies chroniques en quelques chiffres

Chaque année dans le monde, plus de 70% des décès sont dus aux maladies chroniques.¹

Ces maladies se définissent comme longues, évolutives et impactantes dans la vie quotidienne, ainsi les cancers, maladies cardio-vasculaires, respiratoires, diabètes… sont des maladies chroniques (maladies non transmissibles).  Ces maladies peuvent résulter de facteurs génétiques prédisposant mais sont également le fruit de l’interaction de chacun au cours du temps avec son environnement de vie (exposome).

En Europe les maladies chroniques sont une des causes majeures de morbidité et de mortalité, environ 36 % de la population européenne rapporte souffrir d’au moins une maladie chronique.

Aux US, pays le plus touché,

6 adultes sur 10 ont une maladie chronique

soit 133 millions d’américains concernés et 4 adultes sur 10 en ont 2 ou plus !

Ces pathologies de longue durée sont souvent dues à une population vieillissante mais également au mode de vie tel que l’alimentation, l’activité physique, l’exposition aux polluants, le tabac…

Les maladies chroniques provoquant le plus de décès sont : cardiopathies ischémiques (8,8 millions), accidents vasculaires cérébraux (AVC) (6,2 millions), maladies des voies respiratoires inférieures (3,2 millions), maladie pulmonaire obstructive chronique (3,1 millions), cancers respiratoires (1,7 millions), diabète type 2 (1,6 millions)

Les coûts associés aux maladies chroniques

Plus de 75% des coûts de santé aux US sont dues aux maladies chroniques avec notamment les pathologies très coûteuses : maladies cardiovasculaires, cancers, maladies respiratoires, maladies psychiatriques. En 2023, aux US les coûts directs et indirects des maladies chroniques, traitement et pertes économiques liées, sont estimés à 4 200 milliards de dollars.

En Europe le constat n’est pas plus glorieux puisque les maladies chroniques représentent 70% à 80% des coûts du système de santé. A elles seules en Europe, les maladies cardiovasculaires coûtent 111 milliards au système de santé (2015) et les cancers environ 97 milliards d’euros (2018). Les coûts associés pour les morts prématurés dues à des maladies chroniques, de la population en âge de travailler, s’élèvent à plus de 115 milliards d’euros (OECD). Quant à l’absentéisme au travail résultant des maladies chroniques, il entraîne une perte de 2.5% du PIB annuel.

Un dernier coût à ne pas négliger est celui en DALYs (« Disability Adjusted Life Years »), un indicateur synthétique du fardeau sanitaire. Un DALY est une mesure de la charge de morbidité globale, exprimée par le nombre cumulé d’année perdues en raison d’une mauvaise santé, d’un handicap ou d’une mort précoce.  Concrètement, 2 DALYs représentent par exemple la somme de 2 années de vie vécues en mauvaise santé (ou d’une mort prématurée). En Europe, les maladies chroniques sont responsables d’environ 115 millions de DALYs, c’est-à-dire la population européenne perd 115 millions d’années de vie en bonne santé.

 

Qui paie ?

Le patient

Le premier impacté est bien sûr le patient : détérioration de sa qualité de vie, baisse de productivité, possible perte ou arrêt volontaire de son emploi, et dans de nombreux pays le système de santé ne prend pas en charge ou que partiellement les coûts associés à la maladie.

Les aidants, souvent des proches du patients sont également impactés, (fatigue accru, stress, partage des coûts monétaires restant à charge…) et peuvent faire passer le patient avant leur propre bien être engendrant un cercle vicieux et un risque pour eux de développer une maladie chronique également (notamment s’ils partagent un même environnement et habitudes de vie).

Les assurances & mutuelles

Les assureurs/mutuelles sont financièrement touchés lorsque leurs assurés développent des maladies chroniques. Les restes à charge et les comorbidités très souvent présentent chez les patients atteints ou développant une maladie chronique représentent un surcoût non négligeable.

Les entreprises

Les entreprises sont impactées de manière économique et organisationnelle et le recul de l’âge légal de la retraite laissent imaginer les enjeux auxquels sont et seront confrontés les entreprises dans les prochaines années.

Pour les entreprises, le coût annuel des arrêts maladie liés à des diagnostics de pathologie chronique comme le cancer est estimé à près de 525 millions d’euros.

Le maintien de l’emploi des personnes souffrant de maladies chroniques par une organisation interne permettant d’orienter le salarié vers un poste plus approprié ou des aménagements de postes peut permettre de limiter les coûts pour l’entreprise. De même, la mise en place d’actions préventives pour protéger la santé des salariés est gagnant-gagnant.

La société

La société finançant indirectement le système de santé est également touchée par les coûts grandissants engendrés par ces maladies.

En France, en moyenne un patient atteint de diabète coûte par an 5900 euros, un patient souffrant d’une maladie coronaire 5764 euros et 5577 euros pour un patient atteint d’une hypertension artérielle sévère !

Les coûts moyens pour les maladies chroniques vont de 3400 euros à 16 720 euros avec une moyenne de 7000 euros par an par patient.

La prévention grâce à une prise en compte de l’exposome : la solution?

Les éléments présentés précédemment peuvent faire peur et pourtant le développement d’une maladie chronique est loin d’être une fatalité !

En éliminant les facteurs de risques, 80% de l’ensemble des cas de cardiopathies vasculaires, d’accidents cérébraux, de diabète de type 2 seraient évités ainsi que plus de 40% des cancers.

En jouant sur l’environnement il est possible de réduire drastiquement les risques même avec un terrain génétique prédisposant à certaines pathologies chroniques.

Ainsi pour les maladies chroniques le proverbe « Mieux vaut prévenir que guérir » prend tout son sens ! Il faut permettre au citoyen de devenir acteur de sa santé. Pour cela chaque partie prenante doit être impliquée dans la mise en place d’actions de prévention et la mise en lumière des facteurs de risque.

Des facteurs environnementaux jouant sur le développement des maladies chroniques sont les suivants :

Mauvaise alimentation
Alcool
Qualité de l’air
Fumée de tabac
Radon
Manque d’exercice physique
Sédentarité
Bruit
UV
Exposition professionnelle

En informant sur les facteurs environnementaux, à risque et en rendant visible l’invisible (qualité de l’air intérieur et extérieur, bruit, UV, pollen…), les différentes parties prenantes peuvent :

L’Etat, les mutuelles et les assurances

Ils peuvent déjà sensibiliser et commencer à permettre une prise de conscience du citoyen. Coupler ces informations avec des conseils et des actions pour modifier les comportements à risque est la deuxième étape nécessaire pour amener à une réduction des risques durables et ainsi permettre au citoyen d’être au cœur et acteur de sa santé.

Les entreprises

Les entreprises ont également un rôle à jouer, en effet leur positionnement leur permet d’être à la croisée de la santé au travail et de la santé publique. Elles peuvent permettre aux salariés de se maintenir en meilleur état de forme en initiant des actions de lutte contre une mauvaise qualité de l’air intérieur, des niveaux de bruit élevés, le stress, le tabagisme, en prodiguant des conseils en nutrition, en incitant à la pratique sportive. Une personne sédentaire qui se met à la pratique d’une activité physique régulière et sportive en entreprise améliore da productivité de 6 à 9 % (Goodwill and al., 2015).

Les citoyens

Les citoyens peuvent être proactifs en modifiant les habitudes de vie à risque mais également en se renseignant sur l’histoire familiale des problèmes de santé. En effet si des personnes de la famille sont diabétiques ou atteintent de maladies cardiovasculaires ou de cancers, ces dernières peuvent également avoir des prédispositions et des actions de prévention ciblées peuvent être mises en place pour réduire le risque de développer ces maladies. De même, il est possible de prévenir certaines maladies en se faisant suivre par le système médical (vaccins, dépistages…).

Les maladies chroniques sont vouées à augmenter dans les années à venir mais avec des outils et actions de prévention adaptés (applications mobiles de prévention, capteurs, articles pédagogiques, webinaires, évènements publics de prévention, éducation à l’école sur ces enjeux dès le plus jeune âge…), leur développement peut être freiné et même diminué. Les personnes souffrant déjà d’une maladie chronique peuvent également voir une amélioration de leur état en suivant également des actions de prévention ciblées et personnalisées.

Partager cet article 👇

Meersens, analyse la qualité de votre environnement

Meersens est une entreprise à impact positif dans le domaine de la santé environnementale, mobilisée pour créer un avenir durable, permettant d’atténuer les risques environnementaux et de contribuer positivement à la santé et au bien-être des parties prenantes – en offrant une surveillance et une prévention environnementales personnalisées.

Meersens offre une vision et une surveillance multi-polluants à 360°, en temps réel, historique et prédictive, pour n’importe quel lieu, avec une grande précision, vous permettant d’atténuer les risques et de prendre de meilleures décisions.

Que vous soyez une entreprise souhaitant agir pour ses salariés, une ville pour ses citoyens, Meersens peut vous accompagner !

Lectures complémentaires

Les pollens : sources et impacts sur la santé
Les pollens : sources et impacts sur la santé

Les pollens : sources et impacts sur la santéL’exposition de la population aux pollens constitue un enjeu de santé publique. Chaque année, avec l'arrivée du printemps, des millions de personnes dans le monde sont soumis aux conséquences d’une allergie aux pollens plus...

0 commentaires

Trackbacks/Pingbacks

  1. Santé et environnement - Quels impacts ? | Meersens - […] ainsi que la productivité au travail sans pour autant provoquer le décès du malade. Les coûts pour la société…
  2. Santé et réchauffement climatique : rapport du GIEC 2022 - […] Augmentation des maladies respiratoires et cardiovasculaire suite à l’exposition de la fumée des feux de forêt, aéroallergènes et pollution…

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *